Mémoires sur la cour de France

Mémoires sur la cour de France

Avec un index onomastique

    • Introduction et annotations : Ghislain de Diesbach
Fils d’un colonel des Gardes-Suisses et d’une cousine de la reine de France Marie Leczynska, le baron de Besenval est né en 1721. Il entre à dix ans au régiment des Gardes-Suisses. En 1758, au début de la guerre de Sept Ans, il est maréchal de camp et devient par la suite inspecteur-général des Suisses et Grisons, charge dont il se démettra à la disgrâce de Choiseul. La faveur de Besenval augmente à la Cour après la mort de Louis XV. Courtisan raffiné, brillant causeur, Besenval devient l’un des commensaux favoris de la reine Marie-Antoinette. En 1789, il est commandant militaire de l’Ile-de-France et de la garnison de Paris, et le 12 juillet, il décide de «retirer les troupes et de livrer Paris à lui-même». Après un long emprisonnement, il est déféré devant le Châtelet pour crime de lèse-nation.
Il est acquitté, mais sa santé est ébranlée et il meurt le 2 juin 1791. Les gens d’esprit ne meurent jamais tout à fait. Pendant les vingt dernières années de l’Ancien Régime, Besenval a été à la fois sur la scène et dans les coulisses, observateur caustique des mœurs du temps et, surtout, témoin lucide du déclin de la monarchie française. C’est ce qui fait tout le prix de ces Mémoires, appréciées par le prince de Ligne et par Stendhal.
  • Le Temps retrouvé (n° 51)
  • Paru le 25/05/1987
  • Genre : Le Temps retrouvé
  • 592 pages - 140 x 205 mm
  • EAN : 9782715214590
  • ISBN : 2715214596

Du même auteur

Vous aimerez aussi

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.

fermer